QUELLES SONT LES MISSIONS DU RÉSEAU ?

Les acteurs du réseau Musiques Actuelles Grand-Est souhaitent initier un certain nombre de missions, à coordonner ou porter ensemble, en veillant à les inscrire dans une démarche de développement durable au sens le plus large, et de responsabilité sociétale des organisations.

Ces missions ne sont pas exclusivement destinées à ses adhérents mais bien à l’ensemble des acteurs du territoire et de la filière. L’intérêt général et la notion de service public sont les socles de son action.

I – Organiser et développer le réseau régional des Musiques Actuelles en Grand-Est

Afin de favoriser, en proximité, les actions et l’interconnaissance des acteurs, le réseau doit agir sur la base d’une organisation des territoires à partir de pôles structurant [a] la Région Grand Est.

[a] Pôle structurant : Face à la vaste taille du territoire du Grand-Est, l’ensemble des actions permettant la mise en œuvre des missions du réseau s’appuiera sur un maillage de pôles structurants sur les territoires (notamment les SMAC). Ces pôles structurants veilleront à la mise en œuvre des actions du réseau pour leur territoire et ses acteurs, travailleront globalement à la structuration de la filière sur leur territoire de manière cohérente vis-à-vis de la structuration régionale, et assureront un relais d’information entre acteurs de leur territoire et association du réseau. Ils peuvent également être missionnés par le réseau pour accompagner des territoires non dotés de pôle structurant, pour en faire émerger.

Des opérateurs qualifiés, disposant de compétences reconnues dans un domaine précis, comme la communication, l’organisation, la formation, le conseil, etc…. seront identifiés et seront missionnés pour assurer/piloter des missions d’intérêt régional visant à renforcer la filière sur des points faibles repérés sur les territoires. A ce titre, ils pourront être dotés de moyens supplémentaires pour assurer cette mission d’intérêt régional.

Leurs interventions devront s’inscrire dans une logique/structuration territoriale, et pourront venir en complément des opérateurs territoriaux structurants lorsqu’il y en a. 

I.1 – Animer le réseau régional des Musiques Actuelles

Animer la dynamique de coopération entre les acteurs de la filière des musiques actuelles et veiller à tendre vers une équité de service à l’échelle du Grand Est. Ce notamment en favorisant :

  • l’interconnaissance entre les membres de la filière, entre acteurs d’horizons différents,
  • les projets inter-acteurs,
  • la mutualisation et la transmission,
  • l’appropriation par l’ensemble des acteurs des enjeux artistiques, économiques, sociétaux à l’échelle régionale, nationale et internationale pour la filière.

Assurer le relais entre les fédérations et syndicats nationaux et les acteurs du réseau Grand-Est.

II – Produire de la ressource et informer

II.1 – Observer, partager et valoriser la ressource

Mettre en place des démarches d’observation et de production de ressources, en adéquation avec les spécificités du secteur des musiques actuelles et les priorités du réseau.

Ceci en partenariat notamment avec l’Agence Culturelle Grand Est et en tenant compte :

  • de ce qui est mis en œuvre au niveau national dans le cadre du CNM et autres organisations professionnelles,
  • des outils déjà utilisés par certains acteurs (notamment la plateforme de formulaires et de rapports statistiques en ligne GIMIC)

Cartographier les acteurs et leurs compétences, et identifier les logiques territoriales d’organisation de la filière.

Recenser les expériences innovantes, les valoriser et fixer des objectifs prioritaires partagés.

Évaluer la contribution des acteurs des musiques actuelles au développement économique et sociétal durable et à l’attractivité de la région et de ses territoires.

Analyser et partager les données permettant de valoriser la filière, avec d’autres filières, réseaux et/ou partenaires.

II.2 – Garantir le même accès à l’information et à la ressource sur l’ensemble du territoire [b]

Mettre en place une stratégie globale d’information et d’échanges alliant ressources numériques, temps de rencontre et d’information, et relais par les pôles structurants sur les territoires.

[b] Un groupe de travail communication a déjà lancé des travaux lors de la période de préfiguration du réseau, qui pourront venir enrichir ce point.

 

III – Soutenir le développement de la filière et sa visibilité 

III.1 – Favoriser la circulation et la professionnalisation des artistes

Poursuivre la mise en place de plateformes de diffusion en région, en France et en Europe, et y intégrer systématiquement les développeurs d’artistes.

Missions sur 3 plans :

III.1.1 – Sur le plan régional GE

Faciliter le repérage des artistes de la région, celui des développeurs d’artistes (et leurs besoins). Organiser un évènement de filière pour valoriser les artistes régionaux auprès des programmateurs régionaux et hors région, et organiser ces temps également sur des évènements existants.
Favoriser le développement de la diffusion en milieu rural.

III.1.2 – Sur le plan national

Favoriser les rencontres des développeurs d’artistes avec la filière nationale, (faire monter en compétence et en reconnaissance les acteurs régionaux), rendre visibles les artistes par des actions conséquentes lors des rencontres professionnelles nationales.

III.1.3 – Sur le plan international

Idem que sur le plan national, sur 3 niveaux :

– Transfrontalier
– Européen
– International

III.2 – Favoriser la professionnalisation des développeurs d’artistes et l’emploi des professionnels de ce métier

Repérer les structures ou individus œuvrant au développement des artistes, et identifier leurs forces, faiblesses, besoins.

Veiller à ce que ces structures ou individus puissent être soutenus dans leurs démarches de professionnalisation et accompagnés dans les différents aspects de leurs métiers.

Participer à la mise en œuvre de conditions favorables pour le développement d’activité générant ainsi la professionnalisation et l’emploi.

III.3 – Favoriser la montée en compétence des acteurs, dans tous les champs de la filière

Contribuer au décloisonnement des parcours d’apprentissage entre les musiques actuelles, le jazz et la musique classique / contemporaine. Ce en développant des liens avec les conservatoires et écoles de musique.

Identifier / initier les possibilités de mise en œuvre d’actions de formation croisées pour les différentes catégories de professionnels de l’enseignement musical et des musiques actuelles.

Favoriser la montée en compétence des acteurs en mettant en relation l’offre de formations existante avec les besoins des acteurs, en favorisant l’émergence de formations complémentaire et plus généralement en renforçant les relations avec le monde de l’enseignement et de la formation professionnelle.

Être force de proposition et d’expertise pour l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de formation en faveur des métiers du secteur des musiques actuelles, et d’un schéma / parcours régional de l’accompagnement artistique.

III.4 – Développer l’éco-responsabilité de la filière

Sensibiliser les acteurs de la filière et le public aux enjeux du développement durable.

Recenser les pratiques, initiatives et prestataires écoresponsables des acteurs musiques actuelles sur le territoire.

Diagnostiquer les besoins et accompagner les démarches en faveur du respect et de la protection de l’environnement.

Rédiger des chartes de bonnes pratiques pour tous les acteurs de la filière.

III.5 – Poursuivre et développer le rôle de prévention santé

Penser un nouveau projet Grand-Est structuré par territoire en matière de prévention des risques auditifs, sur la base du travail de l’association nationale « Agi Son », prenant appui sur les compétences existantes au sein du réseau (acteurs et salariés de l’association).

Développer la prévention sur d’autres champs : risques posturaux, addictions…

IV – Valoriser le réseau Grabuge comme ressource 

IV.1 – Sur le plan artistique et culturel

Déployer des outils de communication (notamment site internet) à la fois ressource et vitrine de l’actualité régionale.

Valoriser les actions du réseau permettant la montée en compétence des artistes, leur reconnaissance au plan régional, national et international, ainsi que leur professionnalisation.

Ce notamment en participant aux cotés des partenaires financeurs, à l’élaboration d’actions d’envergure nationale afin de valoriser les acteurs et artistes du GE lors de rencontres professionnelles nationales et internationales.

IV.2 – Dans le champ des Industries Culturelles et Créatives

En connexion avec les autres secteurs culturels et économiques, le réseau doit contribuer à la reconnaissance et à la valorisation de la filière comme secteur économique à part entière.

IV.3 – Sur le plan de la mise en œuvre d’autres politiques publiques

Contribuer à enrichir les autres politiques publiques, en valorisant les actions du réseau et de ses acteurs s’inscrivant de façon transversale dans les autres secteurs d’activité et dans les autres politiques publiques (Éducation / Jeunesse / Social et médico-social / Socioculturel / Tourisme / Économie / etc.).